L’internat dispose de chambres de trois lits en majorité, mais aussi d’une salle commune mixte, d’une salle de billard et de projection.

Le lycée professionnel Diderot de Romilly-sur-Seine labellisé «internat d’excellence»

 

L’établissement romillon vient d’obtenir le label internat d’excellence dans sa catégorie. Son projet éducatif porte en outre sur une thématique « résidence olympique », afin d’inciter les jeunes à davantage d’engagement.

L’internat dispose de chambres de trois lits en majorité, mais aussi d’une salle commune mixte, d’une salle de billard et de projection.L’internat dispose de chambres de trois lits en majorité, mais aussi d’une salle commune mixte, d’une salle de billard et de projection.

Le lycée professionnel Diderot a profité de la remise à plat des labels d’internat, en 2020, pour entrer dans la démarche et candidater au label d’excellence. « Nous nous sommes mis au travail pour, dans un premier temps, voir quels critères on remplissait déjà. Puis nous avons travaillé sur les axes du projet éducatif que l’on souhaitait développer », explique David Hartmann, proviseur du LP.

Le travail mené depuis plusieurs mois porte aujourd’hui ses fruits, puisque l’établissement romillon vient d’obtenir le label convoité, dans la catégorie « internats du pro ». Travail qui a surtout consisté en « une réflexion très pédagogique sur le parcours des élèves, l’accompagnement, la valorisation de la plus-value que représente cet internat. »

Au cours des cinq prochaines années scolaires (durée de validité du label), le lycée professionnel devra mettre en place, puis développer, les deux axes retenus par le groupe de travail chargé de plancher sur cet internat d’excellence, et ayant pour fil conducteur l’engagement.

Celui des élèves dans leur scolarité, dans la vie de l’établissement et la vie professionnelle, en premier lieu. « Ce qu’on propose aux élèves, c’est de les aider, les accompagner, les pousser à s’engager à la fois dans des actions citoyennes mais aussi dans des actions pour favoriser leur orientation professionnelle et aller à la rencontre de partenaires professionnels. »

Développer le sens de l’engagement des élèves

En parallèle, une thématique « résidence olympique » a été développée. Diderot a en effet pris contact avec de nombreux partenaires de la vie associative sportive locale, en vue de voir s’ils seraient d’accord pour accueillir, « plusieurs fois dans l’année, gracieusement, des élèves internes, afin qu’ils découvrent leur pratique. »

Plusieurs conventions sont ainsi en passe d’être finalisées, et d’autres sont en cours de rédaction. À la rentrée prochaine, les lycéens pourront donc tester plongée, tir à l’arc, taekwondo, catch ou encore musculation.

Le chef d’établissement et son équipe pédagogique ont en outre la volonté de leur faire découvrir la vie associative – qui repose essentiellement sur le bénévolat – et son fonctionnement, afin qu’ils ne soient pas que consommateurs, mais également acteurs de ces temps au sein des clubs.

Trois engagements sur l’année pour les lycéens internes

Pour mener à bien ces axes majeurs du projet éducatif, il sera demandé « aux élèves d’avoir trois engagements au cours de l’année scolaire, soit dans des associations ou des clubs sportifs, soit dans la vie de l’établissement ». « Ici, il y a une tradition, une culture du parcours citoyen et donc ça allait dans la continuité » de choisir l’engagement en toile de fond de cet internat d’excellence, selon David Hartmann.

L’internat d’excellence profitera aussi d’une équipe d’encadrement dédiée et spécifique, pilotée par Andréa Seignier, conseillère principale d’éducation, et composée d’enseignants, de l’infirmière, de la psychologue de l’Éducation nationale, qui pourront, grâce à la labellisation, apporter un nouveau dynamisme…

D’une capacité de 70 personnes, les deux étages de l’internat accueillent depuis quelques années une cinquantaine d’élèves. En parallèle, l’établissement héberge aussi des élèves qui viennent d’autres lycées, lors de leurs stages ou formations sur le territoire.

L’une des particularités de l’internat vient également du fait qu’il est devenu nécessaire grâce au succès de certaines des formations rares dispensées au sein du LP : « le brevet des métiers d’art et la ferronnerie d’art notamment, qui recrutent dans tout le quart nord-est de la France », selon le proviseur.

Une équipe d’encadrement dédiée à cet internat d’excellence

L’internat répond aussi à un enjeu social, en accueillant des jeunes qui vont ainsi trouver « de meilleures conditions d’étude, d’apprentissage et d’épanouissement. »

La taille et les conditions matérielles propices font aussi de ce lieu « une structure conviviale », permettant d’atteindre divers objectifs éducatifs importants : l‘épanouissement, la découverte de soi, la vie collective, l’autonomie.

Et si l’obtention du label ne permet pas d’avoir des crédits financiers supplémentaires, la région Grand Est est co-signataire du projet éducatif. « Il y a quand même un engagement de nous accompagner et on a quelques projets à moyen et long terme, plutôt », précise David Hatmann.

Parmi ceux-ci : la modernisation de l’accès à l’internat avec des cartes ou badges, et l’optimisation de l’accès aux chambres en journée. « On aimerait également développer la possibilité d’ouvrir l’accès à l’internat de manière plus souple, c’est-à-dire de façon temporaire, à la semaine, pourquoi pas à la soirée ou la journée… »

AURÉLIE GUILLEMOT “EST ECLAIR”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *